La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945)


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 guadalcanal

Aller en bas 
AuteurMessage
patton65
Sergent-Chef
Sergent-Chef
avatar

Nombre de messages : 95
Age : 30
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: guadalcanal   Dim 29 Oct - 14:53

Les combats pour l'île de Guadalcanal ont duré 6 mois autant sur mer, sur terre que dans les airs. Les eaux au nord de l'île sont tellement jonché de navires coulés que la région est surnommée le fond de ferraille.

Le 3 mai, les Japonais prenaient possession de Tulagi en face de Guadalcanal puis traverse à Guadalcanal où il voit l'occasion de construire un aérodrome sur l'île. Lorsque dans quelques semaines la base aérienne serait construite, les Japonais pourraient envoyer des bombardiers passer sur les points d'ancrage d'Estafé et d'Espiritu-Santo aux Nouvelles-Hébrides. Les Japonais menacent donc la ligne de communication Hawaii-Australie et les Américains se doivent de réagir. Mais les moyens alloués le sont petit par petit car MacArthur, qui pressent un débarquement à Port Moresby, ne veut pas laisser partir ses 3 divisions qui viennent d'arriver. De plus, l'opération Torch (débarquement en Afrique) garde une autre partie importante des ressources humaines disponibles.

Le 7 août, 80 navires américains et australiens arrivent à Guadalcanal pour l'opération Watchtower. Le groupe comprend les porte-avions Saratoga, Enterprise (qui revient de Midway) et Wasp (qui revient de renforcer Malte en Méditerranée) sous les ordres du contre-amiral Fletcher. De plus, 8 croiseurs, 17 transports et 6 cargos ayant à leur bord la 1ère division de Marines; donc 11 000 Marines (sous le commandemant du major-général Alexander A. Vandegrift) sont sous les ordres du contre-amiral australien V. A. C. Crutchley.

La première attaque s'effectua lorsque les Marines débarquèrent à Tulagi, Gavutu et Guadalcanal. À la tombé du jour, tout semblait terminé: 108 américains étaient morts et 150 blessés pour conquérir les trois îles et l'aérodrome de Guadalcanal et tuer 1500 Japonais, mais ils ne poursuivent pas l'ennemi dans les forêts de Guadalcanal. Mais dans la nuit du 9 août, le vice-amiral Mikawa réussi à surprendre, malgré qu'il est été repéré par un bombardier australien en reconnaissance (le message d'avertissement était coupé et ne mentionnait que 3 croiseur et donc Turner ne s'inquiéta pas), les navires alliés sous les ordres de l'amiral Crutchley avec ses 7 croiseurs (Chokai, Aoba, Kako, Kinugasa, Furutaka, Tenryu et Yubari) et un destroyer. Avant même qu'ils aient pu réagir, les Alliés avaient perdu 4 croiseurs (Vincennes et Quincy qui coulèrent aussitôt et Astoria et Canberra que l'on dû achever). Le seul succès naval américain de cette journé fût que le sous-marin S-44 réussi à couler le Kako alors qu'il s'en retournait. Les soldats américains rebaptise l'aéroport: Henderson Field du nom d'un marine tué à Midway.

Par après, les Japonais envoyaient la 17e armée du général Yakutake à travers la jungle. Ils sous-estimaient le nombre et les capacités de combats des Américains et donc la 17e armée se fait décimer dans de petites attaques contre les défenses américaines.

Ainsi, le 20 août, le colonel Ichiki exécuta une attaque de nuit contre une position américaine où ses 900 hommes furent tués aux abords de la rivière Tenaru, à l'est de l'aérodrome. Le colonel se suicida.

Le 12 septembre, une autre attaque japonaise commandé par Kawaguchi, avec ses 8000 hommes tua 40 Américains et en blessa 400 contre 1200 cadavres japonais. C'est la bataille de Bloody ridge puisqu'elle s'est déroulée dans les collines au sud de Henderson Field.

Le 23 octobre, le général Hyukatake prend les commandes et avec la 2e Division japonaise venant de Java en renfort, il attaque durant 3 nuits les trois côtés de Henderson, parvenant même à atteindre la piste avant de se faire repousser. 500 Américains sont tués et plus de 3000 Japonais. Ensuite, la 38e division japonaise est envoyée en renfort mais sur 10 000 hommes seulement 2000 démunis atteindront la côte après les batailles navales (12 au 16 novembre). Pour compléter le tableau, les Japonais souffrirent de maladies mortelles qui causèrent 9000 morts (contre 15000 morts japonais par les balles) pendant la seule bataille pour Guadalcanal.

Sur la mer les attaques continuent. Après que les couvertures est été mises en places: les porte-avions Saratoga, Wasp et Enterprise sous Fletcher et les porte-avions Ryujo, Shokaku et Zuikaku sous l'amiral Kondo; les Japonais envoyèrent des patrouilles de sous-marins dans le secteur pour malmener les navires de ravitaillement américains. Ainsi le 31 août le Saratoga reçut une torpille du sous-marin I-26 et fut immobilisé pour 3 mois. Le 15 septembre le porte-avion Wasp encaissa 3 torpilles provenant du sous-marin I-19 et il coula. Le cuirassé North Carolina fut mis hors de combat de la même manière la mêm journée et il ne reste donc que le cuirassé Washington et un porte-avion. Les Japonais instaurent leur Express de Tokyo (sous les ordres de l'amiral Tanaka) qui consiste en des destroyers qui viennent ravitailler leurs troupes la nuit sans craindre la mauvaise aviation américaine.

La Bataille des Salomon orientales se déroule le 24 août alors que le Wasp s'est éloigné pour refaire le plein. Les avions de Fletcher attaquent et coulent le Ryujo qui était escorté par 2 autres porte-avions, 2 cuirassés, 5 croiseurs et 17 destroyers. La riposte japonaise s'acharne sur l'Enterprise qui malgré une bonne couverture antiaérienne par le nouveau cuirassé North Carolina est touché par trois bombes et doit se retirer.

La Bataille du Cap Espérance. Le tout commence dans la nuit du 11 au 12 octobre lorsque l'amiral Scott surprend une petite escadre japonaise et lui coule un croiseur et un destroyer pour un destroyer américain. Dans les nuits du 14 et du 15 octobre les Japonais envoient deux cuirassés (Kongo et Haruna) le long des côtes de Guadalcanal pour pilonner l'aéroport d'Henderson. Avec ce succès, les Japonais renvoient un groupe de pilonnage mais à plus grande échelle. Cependant cette fois-ci les Américains, qui sont passés sous les ordres de Halsey entre temps, sont avertis et ils envoient un groupe (avec le Hornet et l'Enterprise sous les ordres de Kinkaid) à leur rencontre. S'ensuit une bataille navale, la Bataille des Îles Santa Cruz, maintenant classique: porte-avion contre porte-avion. Le 26 octobre les avions japonais attaquent le Hornet et le touchent de 4 bombes, 2 torpilles et 2 avions et le porte-avion coule. L'Enterprise qui accompagnait le Hornet ne réussi à en réchapper que grâce au tir de protection du cuirassé South Dakota. Pendant ce temps les avions américains attaquent les porte-avions Shokaku et Zuiho qu'ils endommagent sévèrement. Cela força les Japonais à se retirer avec des pertes d'une centaine de pilote et du Zuiho qui finalement coula.

Le 20 octobre, les forces japonaises étaient rendu à 22 000 soldats. Du 12 au 14 novembre, les Japonais se réessaient à envoyer une force navale à Guadalcanal et à réenforcer leurs troupes avec la 38e division japonaise, mais les Américains vigilant les interceptent encore. Dans la nuit du 12 au 13, les Américains rencontrent deux cuirassés japonais qui leurs infligent la perte de deux croiseurs et des amiraux Callaghan et Scott, au sud-est de Savo. Le lendemain, le cuirassé japonais Hiei est repéré par l'aviation d'Henderson Field et elle le coule en même temps que les 14 transports qui l'accompagnent. Les 8 destroyers et 5 croiseurs américains tirent à bout portant, dans la nuit du 13 au 14 novembre, sur les navires adverses (au nombre de 1 qu'ils voient et ils coulent 2 destroyers et un croiseur pendant que les cuirassés s'affrontent pour une première fois: le Washington coule le cuirassé Kirishima d'une salve de 406mm réglé au radar. Le South Dakota était aussi de la partie mais une avarie électrique le priva d'énergie pendant quelques minutes où il fut légèrement endommagé. Cette bataille porte le nom de Bataille nocturne de Guadalcanal.

Pendant ce temps, les soldats japonais sur l'île sont tellement isolés qu'ils sont dépourvu d'équipement et de nourriture et ils ne sont pas en état de combattre. Le 30 novembre, l'Express de Tokyo tente un dernier ravitaillement par 8 destroyers. Les Américains les repèrent et coulent un des destroyers, obligeant ainsi Tanaka à rebrousser chemin tout en lançant un large écran de torpilles qui toucheront 4 croiseurs dont le Northampthon qui coulera. Cette dernière bataille porte le nom de bataille de Tassafaronga. Par le 9 décembre, 60000 soldats américains étaient sur l'île et avaient repoussé les 15 000 Japonais restant vers le Cap Espérance tout en les prenant à revers par des débarquements. Les Japonais ne recevaient que de rares ravitaillement par sous-marins. Le 8 février dans la nuit, les derniers Japonais évacuent l'île.

Après leur défaite navale, les Japonais subissent une défaite sur terre lorsque leurs soldats à Guadalcanal sont repoussés, et par la suite évacués, par les renforts américains. C'est le premier recul de l'armée japonaise et par le fait même le début de la longue reconquête américaine. La campagne de Guadalcanal a coûté 24 000 hommes aux Japonais contre seulement 1600 aux Américains. Même si les deux côtés ont souffert de pertes à peu près équivalente de 600 avions et de 24 navires de guerre (les Japonais ont cependant perdu un plus fort tonnage: 136 000t contre 124 000t), les Japonais ne peuvent pas remplacer leurs pertes. Les Américains n'ont plus qu'un porte-avion: l'Enterprise, ils sont dans leur période la plus creuse et l'amiral King se voit obligé de demander aux Britanniques de mettre à sa disposition un de leurs porte-avions. Ainsi pendant quelques mois, le porte-avions Victorious opérera avec la marine américaine, mais il ne prendra part à aucune action importante. De plus, après cette longue lutte, les soldats américains prennent confiancent en eux et surtout en leurs Marines. Finalement, le succès américain à Guadalcanal, avec le débarquement en Afrique, le tournant de la Deuxième Guerre mondiale. La reconquête peut maintenant débuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fullmetalandnaruto.darkbb.com/index.htm
 
guadalcanal
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) :: Les différents fronts sur le globe :: Le Front du Pacifique-
Sauter vers: