La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945)


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La Ligne Maginot

Aller en bas 
AuteurMessage
kurt panzer meyer
1er Classe
1er Classe


Nombre de messages : 8
Age : 26
Localisation : Haguenau,Alsace,France
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: La Ligne Maginot   Sam 19 Mai - 22:45

La ligne maginot



La Ligne Maginot devait remplir plusieurs missions :

Eviter une attaque surprise et donner l'alerte.

Couvrir la mobilisation de l'armée française (qui prenait entre 2 et 3 semaines).

Compenser les classes creuses de 14-18 en étant opérationnelle dès 1934.

Economiser les forces (la France comptait 39 millions d'habitants, l'Allemagne 70).

Protéger l'Alsace et la Lorraine (revenues à la France en 1918) et leur bassin industriel.

Servir de base à une contre-offensive.

Pousser l'ennemi à la contourner en passant par la Suisse ou la Belgique.

L'hypothèse BELGE :

Dans son projet d'origine, la Ligne Maginot désigne la Belgique comme glacis de la France.

En effet, pour enfoncer la Ligne Maginot, les Allemands devaient mobiliser beaucoup de moyens et surtout de l'artillerie lourde. Cette artillerie ne sera d'ailleurs opérationnelle qu'en 1942, sachant que la guerre a accéléré son développement.

La Belgique était un enjeu pour la France et l'Allemagne. En effet, si la France tenait la Belgique, celle-ci avait à portée de canon le bassin industriel et minier de la Ruhr. Inversement, si l'Allemagne tenait la Belgique, celle-ci avait à portée de canon le bassin industriel du Nord-Pas-de-Calais.

Enfin, si les Allemands tenaient la Belgique et la Hollande, ils neutralisaient les ports et compliquaient le ravitaillement des Anglais, tout en mettant facilement l'Angleterre à portée de leur aviation.

On remarque donc que la Belgique avait stratégiquement une égale importance pour les trois protagonistes, les Allemands, les Anglais et les Français.
Conclusion :

En 1939 l'hypothèse d'une invasion par la Belgique était retenue par le haut commandement français, qui va élaborer d'abord le plan Escaut, puis le plan Dyle pour la contrer.

Contrairement aux idées populaires, l'invasion de la Belgique par les Allemands ne fut pas une surprise pour le commandement français, c'est exactement ce qu'il attendait d'eux.

L'absence de toute collaboration de la part des Belges et les nombreuses déficiences du côté français, jetteront les alliés français et anglais dans une aventure militaire douteuse.


L'hypothèse SUISSE :

Le projet Ligne Maginot désignait aussi la Suisse comme couloir d'invasion potentiel. Cette hypothèse devenait surtout valable en cas d'attaque conjointe de la part de l'Allemagne et de l'Italie.

En comparaison de l'option "Belgique", l'option "Suisse" avait stratégiquement une faible valeur.


eSi certains travaux préliminaires, sur le terrain, avaient déjà commencé en 1929 (et même en 1928 pour un ouvrage des Alpes Maritimes), la grande majorité des chantiers s'ouvre en 1930 et 31, et les travaux s'étaleront jusqu'en 1936. L'aggravation de la situation internationale provoquera, de 1936 à 1939, l'ouverture de nouveaux chantiers et la réalisation de quelques prolongements de la ligne fortifiée.


Au cours des 7 premières années (1930-36), la progression des travaux sera la suivante :


1930 : construction des premiers ouvrages simples (casemates, abris), étude des ouvrages plus importants.1931 : construction des parties souterraines des ouvrages plus importants.


1932 : construction des blocs bétonnés des gros ouvrages, mise en fabrication des équipements (cuirassements, armements, etc...).


1933 : achèvement du gros oeuvre des ouvrages et début de la mise en place des armements.


1934 : équipement intérieur des ouvrages (installations électriques, monte-charges, ventilation, transmissions, ...), construction de camps et casernements de sûreté.


1935 : poursuite des installations intérieures, organisations extérieures (obstacles antichars), début des travaux de prolongement de la Ligne Maginot.


1936 : achèvement des travaux intérieurs et extérieurs. Poursuite des travaux sur les prolongements.


Le bilan de ces 7 années est considérable :


sur les frontières du Nord et du Nord-Est, ont été réalisés 58 ouvrages importants (dont 22 avec artillerie),


dans les Alpes, face à la menace italienne, 50 ouvrages dont 23 avec artillerie,


plus de 400 casemates d'infanterie, abris pour réserves locales et observatoires,


152 tourelles à éclipse et 1536 cloches de guet fixes,


339 pièces d'artillerie sous tourelle ou sous casemate.


En 1936, l'essentiel de la "Muraille de France" est terminé. Les travaux se poursuivront toutefois jusqu'en 1940 notamment dans les Alpes où les conditions d'altitude et de climat retardent les chantiers, sur les prolongements dans le Nord, la région de Montmédy, le plateau de Rohrbach (Moselle), le sud de l'Alsace.


Mais la période de 1935 à 1940 sera surtout l'ère des "petits bétons". La C.O.R.F. ayant cessé son activité à la fin de 1935, la poursuite des travaux de fortification est confiée aux Régions militaires. Malheureusement la raréfaction des crédits, l'absence d'un organe centralisateur et d'un plan d'ensemble conduisent à l'abandon du principe des gros ouvrages pour une politique de construction de petits blockhaus sans aucune commune mesure avec les ouvrages de la "première génération". C'est ainsi que la frontière franco-belge de Dunkerque à Sedan, les secteurs non fortifiés jusqu'alors, les intervalles des ouvrages C.O.R.F. et même la frontière du Jura face à la Suisse vont se couvrir d'une multitude (plusieurs milliers) de petits blockhaus, peu solides et sans valeur défensive.


La sanction de cette disparité tomba en mai-juin 1940 au moment de l'offensive des troupes de la Wehrmacht. Selon le vieux principe qui veut que la solidité d'une chaîne dépende du plus faible de ses maillons et la Ligne Maginot ne manquant pas de maillons faibles, les Allemands ne manquèrent pas d'exploiter ces faiblesses. Le 13 mai, le front en fortification légère est enfoncé à Sedan et les Allemands peuvent attaquer les ouvrages à revers. Quelques petits ouvrages du Nord et de Lorraine, démunis d'artillerie, succombent.




Mais dès qu'ils abordent un secteur protégé par l'artillerie des ouvrages, les Allemands essuient de graves échecs. C'est le cas à FERMONT en Meurthe-et-Moselle, au MICHELSBERG (Moselle) et surtout dans le SECTEUR FORTIFIE DE HAGUENAU où les ouvrages du HOCHWALD et de SCHOENENBOURG tiennent victorieusement.


Lorsque l'armistice survient, le 25 juin 1940, l'essentiel de la Ligne Maginot (22.000 hommes) tient toujours. Sur ordre formel du Haut Commandement français, les équipages n'accepteront d'évacuer les ouvrages que le 1er juillet.


On peut donc considérer, en résumé, que la Ligne Maginot a rempli entièrement le rôle qui lui était assigné. Elle ne pouvait assurer ce rôle que là où elle existait. Le Haut Commandement français commit l'erreur de croire qu'elle était infranchissable et même capable de gagner la guerre à elle seule ! Aucune fortification n'a jamais eu cet objectif.


Durant la guerre, certains ouvrages furent utilisés par les Allemands comme usines souterraines, en particulier l'ouvrage du HOCHWALD dans le S.F.H., ou parfois comme cibles et lieux d'expériences. Quelques rares ouvrages furent hâtivement réutilisés en 1944 contre les forces américaines puis sabotés à l'heure de la retraite allemande.


Une remise en état fut menée par le Génie français de 1950 à 1955 et les ouvrages entretenus jusque dans les années 60. A partir de 1964 la décision fut prise d'abandonner progressivement l'entretien et de fermer les ouvrages. Tandis que casemates et petits ouvrages commencèrent à être vendus, l'armée conserva dans son domaine tous les gros ouvrages mais la plupart d'entre eux restaient à l'état d'abandon. Ils n'échappèrent pas aux pillards, aux vandales ni aux méfaits du temps et de la dégradation naturelle.



L'inventaire des ouvrages du secteur fortifié de Haguenau:

Gros ouvrages :

Hochwald
Schoenenbourg
Casemates d'infanterie :

Schmeltzbach Ouest
Schmeltzbach Est
Drachenbronn Nord
Drachenbronn Sud
Bremmelbach Nord
Bremmelbach Sud
Breitenacker Nord
Breitenacker Sud
Ingolsheim Nord
Ingolsheim Sud
Hunspach Village
Hunspach Station
Moulin de Hunspach Nord
Moulin de Hunspach Sud
Bois de Hoffen
Hoffen Ouest
Hoffen Est
Aschbach Ouest
Aschbach Est
Oberroedern Ouest
Oberroedern Est
Seltz
Hatten Nord
Hatten Sud
Esch
Rittershoffen (l à 6)
Koenigsbruck Nord
Koenigsbruck Sud
Heidenbuckel
Routzenheim Nord
Routzenheim Sud
Auenheim Nord
Auenheim Sud
Fort Louis Village
observatoires :
Hunspach
Hatten
Abris :
Walkmuhle
Birlenbach
Grassersloch
Schoenenbourg
Buchholzerberg
Hoffen
Hatten
Sauer
Koenigsbruck
Donau
Heidenbuckel
Soufflenheim
Statmatten
Beinheim Nord
Bienheim Sud





deux armes très utilisée dans la Ligne Maginot:

37 mm modèle 1934

INFORMATIONS :
Le canon antichar de 37mm avait été développé par les Ateliers de Puteaux. Il était installée dans certaines petites chambres de tir en alternance avec les jumelages Reibel, suspendu par un chariot coulissant à un bi-rail.


CARACTERISTIQUES :
longueur du tube : 1.97 m
rayures du tube : 16 à droite
cadence de tir : 20 coups par minute
vitesse du projectile : 850 m/s
perforation à 1000m : 30 à 40 mm



7,5 mm modèle 1931 (JM Reibel) de casemate

INFORMATIONS :
Le jumelage de mitrailleuses MAC Mle 1931 était fabriqué par la Manufacture des Armes à Châtellerault. Elle fut recommandée à l'époque par le général Reibel.
Dans la Ligne Maginot cette arme était utilisée dans les créneaux d'infanterie sous béton, les cloches blindées et les tourelles de mitrailleuses.


CARACTERISTIQUES :
calibre : 7.5 mm
portée : 1200 m
cadence de tir : 750 coups/minute
vitesse de la balle : 694 m/s
chargeur : camembert de 150 cartouches
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soldier
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 174
Age : 26
Localisation : 65
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot   Dim 20 Mai - 11:57

merci pour ce post trèstrès complet!!! Wink Wink

_________________

Mon sky!!
dioramas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forumpro.fr/
sylvain
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 400
Age : 29
Localisation : Tarn
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot   Lun 21 Mai - 17:29

Super post...
Est-ce que tu aurais des infos sur un prolongement de la ligne Maginot en Corse???

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forumpro.fr
kurt panzer meyer
1er Classe
1er Classe


Nombre de messages : 8
Age : 26
Localisation : Haguenau,Alsace,France
Date d'inscription : 17/05/2007

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot   Lun 21 Mai - 18:21

je peux toujours essayé d'en trouver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sylvain
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 400
Age : 29
Localisation : Tarn
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot   Lun 21 Mai - 18:24

OK merci...
http://http://www.france-militaria.net/bunkerarcheologie/corse/index.htm

Voila ceux qui m'interessent... si tu pouvait avoir quelques infos sur leur constrution et histoire ce serait sympa...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forumpro.fr
guilhem
Caporal-Chef
Caporal-Chef


Nombre de messages : 56
Date d'inscription : 23/02/2007

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot   Lun 17 Sep - 20:21

Sacré poste kurt panzer meyer :clin d'oeil: :clin d'oeil:


Pour ceux que cela intéresse à lire Faite sauté la lgne Maginot de Roger bruge sur la victoire Française dans la Sarre, et les combats au Luxembourg à Longwy et à l'ouvrage de la Ferté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Ligne Maginot   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Ligne Maginot
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» il est enfin sorti! le tome 4 sur la ligne maginot H&C
» la ligne maginot tome 5
» La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)
» 3 insignes de la Ligne Maginot
» le fort de Rochonvillers (ligne maginot)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) :: Les différents fronts sur le globe :: Le Front de l'Ouest-
Sauter vers: