La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945)


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tigre I

Aller en bas 
AuteurMessage
sylvain
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 400
Age : 29
Localisation : Tarn
Date d'inscription : 28/10/2006

MessageSujet: Tigre I   Sam 3 Fév - 15:10

Il faut remonter en 1935 pour comprendre l’origine de va char, le Heeres Waffenant demande la conception d’un char lourd (30 tonnes) qui puissent rivaliser avec le char Français B1 Bis (cf article correspondant). Tout de suite un problème se pose, il n’existe pas de moteur assez puissant pour tracter ces 30 tonnes, on essaya un moteur d’avion, mais il était trop lourd ce qui imposait une diminution du blindage ou obligeait le char a peser plus de 30 tonnes, il ne pourrait alors plus passer les ponts.

On décida donc de concevoir un nouveau moteur pour ce char, le projet fut confié à la firme Maybach, cette firme proposa un délai de 2 ou 3 ans pour fournir ce moteur.

En 1937, l’armée allemande est informée de la mise au point du moteur elle demande donc à la firme Henschel de préparer le châssis du char. La tourelle comporter un canon de 75mm et une mitrailleuse MG 34. Entre temps, le rôle du char a changé, initialement il devait servir comme véhicule d’escorte, il doit maintenant être capable de percer les lignes ennemies.

A la fin de l’année 1938, un premier prototype est proposé (il est baptisé D.W1 « Durchbruchs Wagen » (char de rupture)), mais la tourelle n’est pas disponible. Le blindage frontal est de 50mm (il est à l’abri des 25 et des 37mm). Le moteur est le nouveau V12 il confère à ce char une vitesse sur route de 35km/h. Ce moteur sera plus tard utilisé pour les chars moyens (panzer III et IV).

Un autre prototype est construit le DW2 il ne diffère pas du premier, ils comportent le même défaut, à savoir que la coque est composée de deux parties boulonnées qui rendent le char particulièrement fragile.

Un nouveau projet de char fut donc lancé, le projet fut soumis à plusieurs firmes, entre autres Daimler-Benz, Henschel et Porshe) mais parmi celles-ci seule Henschel et Porsche relevèrent le défi car les autres travaillaient sur d’autres projets. C’est ce projet qui donna le Tigre I, Henschel construisit un châssis monobloc et améliora la répartition au sol, ces deux dernières innovations furent cependant brevetées par Porsche.

En 1940, la Wehrmacht commande les éléments pour assembler huit chars de présérie. Ces chars doivent être livrés pour le second semestre de 1941 à des unités en première ligne. Des ingénieurs sur place devront corriger les erreurs de jeunesse du nouveau moteur. La Wehrmacht fait savoir aux entreprises qu’ils doivent produire cinquante de ces chars par mois.

Chez Porsche, à partir de la fin de 1939, Ferdinand Porsche prépare le prototype d’un engin baptisé Typ100 qui doit peser lui aussi 30 tonnes, pour tracter ce char il préfère utiliser des moteurs électriques alimentés par deux générateurs couplés à un moteur. Ce moteur possède des avantages mais aussi des inconvénients : le pilote dispose d’une plage de puissance progressive continue mais ce concept novateur demande une longue mise au point.

Au niveau de l’armement, le choix se porte sur le canon de 88.

En 1940, Hitler tient une conférence où il fait savoir son projet d’attaquer à l’est, pour cela l’armée aura besoin de chars lourds capables de détruire n’importe quel véhicule même à grande distance.

Le 26 mai 1941, il tient une seconde conférence pendant laquelle le projet est réorienté, il devra être accéléré pour disposer de six prototypes en juin 1942. Ces chars devront disposer de 100mm de blindage frontal et de 60 à 80mm de blindage latéral et à l’arrière. La question de l’armement est aussi soulevée : les chars doivent être capable de percer 100mm de blindage à 1500m de distance. De plus la question de la submersion est également soulevée.

Pendant l’été 1940, Henschel a réalisé le projet d’un char qui devrait peser 36 tonnes (d’où son nom, le VK36), il devrait aussi disposer d’un blindage frontal de 80mm et latéral de 50mm, la tourelle aurait du être équipée d’un canon de 75mm de Krupp.

Les ingénieurs d’Henschel se mirent donc au travail et commencèrent par augmenter le blindage ce qui augmenta le poids du char (de 36 à 40 tonnes). Le 31 juillet un rapport arriva, il indiquait que le canon de 75mm choisi consommait trop de tungstène, les ingénieurs durent donc adapter leur châssis à la tourelle de Krupp.

En trois semaines, les plans sont prêts. A partir de certains éléments du VK30 et du VK36, Henschel a mis au point son VK45 (45 tonnes). Les plans sont envoyés aux aciéries pendant que les ingénieurs d’Henschell en collaboration avec ceux de Maybach et de Krupp travaillent pour que le char puisse être submergé à 4.5 mètres de profondeur. Il est prévu que ce nouveau projet soit équipé du dispositif « vorpanzer », c’est une plaque de blindage à l’avant qui peut-être abaissée (et protège les chenilles) ou peut-être relevée (elle augmente alors le blindage frontal). Le VK45 est équipé du dernier moteur de chez Maybach qui peut propulser le char à 40 km/h sur route, le char pèse maintenant 58 tonnes !

Chez Porsche, les travaux reprennent à partir du VK30, qui a été surnommé « Léopard ». La motorisation électrique pose de nombreux problèmes qui doivent être réglés pour la journée d’essais de Juin 1942.

Les ingénieurs se remettent au travail pour respecter les exigences d’Hitler en question de blindage. La largeur des chenilles est elle aussi augmentée (elle passe à 60cm) de façon à ce que le char gagne en mobilité sur terrain boueux.

Une journée d’essais est prévue pour le mois de juin 1942 mais elle a été avancée le jour de l’anniversaire du Führer (le 20 avril). L’avancée de la date a réduit considérablement les délais et le prototype d’Henschel est prêt seulement quarante minutes avant son départ vers le QG du chancelier.

Une distance de 11km séparait la gare du QG, les chars devaient parcourir cette distance par leurs propres moyens. Le VK45 de Porsche connu tout de suite des problèmes, il s’embourba même sous les yeux d’officiers venu voir ce char. Le chef d’équipe d’Henschel proposa de le tracter avec son char (VK 45 aussi que l’on notera VK 45(H) et VK 45(P) pour celui de Porsche) ce que Ferdinand Porsche refusa. Durant ces 11km, le véhicule de Porsche s’enlisa constamment alors que celui d’Henschel connu des problèmes de surchauffe au niveau du moteur et de la boîte de vitesse.

Le lendemain, le 20 avril, les essais commencèrent par une visite des chars à l’arrêt par Hitler. Puis les chars doivent montrer leurs capacités en terme de vitesse. Le char de Porsche partit en premier et réussit à atteindre 50km/h sur 1000m. Ensuite, le char d’Henschel partit et réussi à atteindre 40km/h sur 850mètres, en effet le moteur surchauffa et il du s’arrêter devant les tribunes en prétextant une nouvelle visite pendant que les moteurs se refroidissaient. A ce moment là, Hitler est conquis par le modèle de Porsche.

Kurt Arnold, le directeur d’Henschel, demanda des essais de manoeuvrabilité, en effet le VK 45 (H) prendra le dessus au vu des tests de la veille. Et il se montra supérieur à un char trop long et pas assez large dont les moteurs prirent feu.

Au terme de cette journée, aucune décision n’est encore prise et une autre journée d’essai est prévue pour le mois de mai 1942.

Ce nouvel essai fut marqué par le succès d’Henschel, le prototype de Porsche fut lui remarqué par de nombreux problèmes mécaniques. Une autre d’essais eu lieu en novembre 1942, le VK 45 (H) fut choisi en tant que Tigre I car les moteurs du VK 45(P) prirent une fois de plus feu.



La production :

Elle commença en août 1942 et se termina en août 1944. En tout, il fut produit 1355 chars, il y a eu 3 phases dans la production de ces chars, ces phases n’ont pas de différences notoires entre elles.

La première phase connu les changements de certaines pièces pour accélérer les rythmes de production. Le Tigre était très long à construire à cause de la complexité de la fabrication d’une part et de son prix élevé d’autre part (le record de production fut atteint en avril 1944 avec 105 chars contre 1650 chars aux USA dans le même temps).

Les 250 premiers Tigres furent équipés d’un moteur Maybach HL210 P45, ce moteur ne développait que 650 chevaux ce qui ne donnait pas assez de puissance à ce char. Le moteur de 12 cylindres fut donc installé à partir de 1943 mais, même de loin, il était très bruyant.

Une autre modification fut effectuée au niveau de l’immersion qui fut diminuée (les 250 premiers chars pouvaient rester 2H30 à 4.5 mètres de profondeur), les autres ne pouvaient rester qu’à 1.3 mètres de profondeur.

A partir de février 1944, les roues du char furent remplacées par celles du Tigre II (elles étaient fabriquées avec un acier plus résistant et bordées de caoutchouc), 800 Tigres furent équipés de ces roues qui permettaient de supporter une plus grande masse.

Le Tigre I fut également transformé en de nombreux véhicules logistiques, notamment en véhicule de commandement équipé de plusieurs postes de radio permettant de donner plusieurs ordres simultanément.

Entre août et décembre 1944, dix chars endommagés furent convertis en SturmTiger, c’était des véhicules blindés dotés d’un mortier de 380mm fixé en casemate dans un compartiment blindé rajouté au dessus du châssis après que la tourelle soit supprimée.



Le Tigre en action :



Le premier essai du Tigre I se fit en août 1942 sur le front de l’est vers Léningrad, quatre de ces chars furent incorporés à la 502 Panzer Abteilung et furent envoyés pour repousser une attaque soviétique…ce fut un échec, trois des quatre blindés restèrent sur le champ de bataille pour cause de problèmes mécaniques.

Après cet échec et une fois les premiers problèmes résolus, les Tigres furent dispersés dans l’armée blindée allemande. Ils équipaient des unités appelées Schwere Panzer Abteilung (abrégé SPz Abt). La première compagnie de Tigres comprenaient 9 de ces véhicules puis 14 en 1943. En 1943, des bataillons de Tigres furent crées à partir de bataillons blindés lourds, ils comprenaient 45 Tigres et étaient numérotés (dans la Heer) de 501 à 510 et de 101 à 103 dans la SS. Le Tigre fut particulièrement efficace, en effet son blindage épais était très résistant et son canon de 88 était capable de détruire un char à 1500 mètres (en Juillet 1944, le capitaine Wakker détruisit un T34 soviétique à 3900 mètres !). Le blindage du Tigre posait un problème, en effet il était orienté à 90° et il ne déviait donc pas les tirs, pour compenser ce défaut, les tankistes utilisaient les reliefs du terrain pour pencher le char et incliner le char au moment des impacts.

Le Tigre avait une incidence importante sur le moral des soldats autant chez les Alliées que du côté de l’Axe. Pour empêcher que les soldats perdent le moral, Montgomery empêcha la publication de certains rapports où le Tigre était présenté trop victorieux. En effet, le 7 Juillet 1943, un seul Tigre commandé par le SS Oberscharfeuhrer Franz Staudegger attaqua un groupe de 50 T34, il rentra à sa base sans dommages après avoir détruit 22 chars.Un autre exemple, le 8 août 1944, un Tigre commandé par le SS Unterscharfeueher Willi Frey engagea une colonne de 15 Schermans et en détruisit 14 et plus tard dans la journée encore un autre.

Les Alliées étaient désavantagés face au Tigre, ils n’avaient pas de chars lourds et les Schermans étaient trop faiblement armés. Lorsque un groupe de Schermans rencontrait un Tigre ils étaient obligés de se replier et d’attendre la venue d’un chasseur de char. Les tankistes décidèrent d’attaquer les Tigres par groupe de cinq, deux pilonnaient le char pendant que les autres attaquaient l’arrière et les flancs. Le Tigre avait malgré tout des faiblesses, son blindage arrière n’était pas assez épais, le moteur demandait un trop grand entretien et il donnait une propulsion trop faible. De plus il rencontrait souvent des problèmes (pannes, feu…), les chenilles devaient être retendues souvent et elles étaient trop fines. Le char avait plusieurs chenilles, pour les trajets sur route il utilisait des chenilles de 520mm de large et pour les combats et le tout-terrain des chenilles de 720mm.



Le Tigre a été le char le plus médiatisé de la guerre. D’après Hitler, Le Tigre I aurait dû apporter la victoire mais selon Guderian, il a été une des causes de la défaite (entre autre à cause de son coût de production élevé et des faiblesses qu’il comportait). Malgré tout il fut un char redoutable et redouté de tous les tankistes alliés.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wwii.forumpro.fr
 
Tigre I
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tigre I rc 1/16
» [Humbert Frantz] - tigre dragon 1/72
» Le chat qui se veut plus féroce que le tigre
» fourure de tigre
» Tigre aux pastels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) :: Axe :: Matériel Allemand-
Sauter vers: